La lutte contre la douleur

La lutte contre la douleur et les soins palliatifs

Les médecins et les équipes soignantes de La Marteraye se sont engagés depuis de nombreuses années à tout mettre en œuvre pour soulager la douleur des patients. Afin de diffuser une culture de la prise en charge de la douleur, l’établissement développe une politique dynamique auprès des équipes ; celle-ci vise le respect du droit du patient à être soulagé, et cherche à le rendre acteur de sa prise en charge.

Pour atteindre ces objectifs, ont été mis en place :

Un Comité de Lutte contre la Douleur (CLUD / SP)

info document -  voir en grand cette image

Cette instance, créée en 2008, est présidée par un médecin et co animée par un cadre infirmier.

La mission du CLUD est d’améliorer la qualité de la prise en charge préventive, curative et palliative de la douleur aigue et chronique des patients accueillis.

Un groupe de travail

Il est composé d’un médecin, d’un cadre infirmier (tous deux titulaires d’un DIU Douleur), de 2 infirmières, 1 aide-soignante et 1 kinésithérapeute ; ce groupe se réunit régulièrement depuis 2004 afin de perfectionner ses connaissances et d’impulser la dynamique d’amélioration. La Marteraye compte une infirmière référente douleur.

La fondation APICIL a, par deux fois, soutenu l’établissement dans ses projets :

  • En 2009 : formation en sophrologie, au toucher massage et au TENS,
  • En 2012 : soutien à la mise en place de l’art-thérapie pour les patients.

Les objectifs de travail

La politique se décline autour des axes suivants :

Améliorer la prise en charge de la douleur dans l’établissement en :

  • Systématisant l’évaluation et améliorer sa qualité, pour permettre l’adaptation du traitement antalgique,
  • Développant les méthodes médicamenteuses et non médicamenteuses de traitement de la douleur et prévenir les effets indésirables des traitements,
  • Prévenant la douleur induite par les soins,
  • Créant une dynamique d’équipe et une culture « douleur »,
  • Pérennisant la démarche d’amélioration de la PEC de la douleur et renforcer le rôle de l’IDE référente « douleur »,
  • Répondant aux besoins de formation exprimés par le personnel.

Respecter les droits du patient en :

  • Développant l’information du patient sur les mécanismes douloureux et les traitements.
  • Recherchant la satisfaction du patient, l’évaluer par des enquêtes de satisfaction (enquête annuelle de satisfaction ciblée sur la prise en charge de la douleur).

L’analyse du processus a permis d’identifier de nouveaux risques, lesquels constituent les axes d’amélioration pour l’avenir :

  • Les traitements de la douleur, 
    info document -  voir en grand cette image
  • Les transmissions entre équipes, 
  • La douleur provoquée par les soins,
  • La traçabilité de l’information donnée aux patients.

Les indicateurs nationaux sont consultables dans l’établissement au niveau des tableaux d’affichage et sur le site Scope santé.